NOS PIERRES

« Dans l'Antiquité, comme au Moyen-Age, on pensait que le cosmos se reflétait dans les pierres brutes. »

Séraphinite

Un peu d’histoire

Découverte en 1851 en Pennsylvanie, la séraphinite tient son nom des Séraphins, la plus haute lignée des anges. Son aspect de fibres argentées chatoyantes sur fond vert évoque en effet de délicates plumes d’anges finement incrustées.
On la trouve communément aux Etats-Unis, en Espagne, en Suisse mais aussi en Russie et en Turquie.

Mythe et légende

A travers les âges, son rayonnement nacré a toujours subjugué et son nom lui a valu une réputation de joyau de guérison.

Dumortiérite

Un peu d’histoire

Découverte en 1881 en région Rhône-Alpes, la dumortierite doit son appellation au paléontologue français, Eugène Dumortier. Peu connue et utilisée de nos jours, il semble pourtant qu’elle fut réputée autrefois mais souvent confondue avec le lapis-lazuli. Son bleu profond, parfois violacé, représente le lien entre l’âme et la matière et mène son porteur vers la réussite.

Mythe et légende

La dumortierite est parfois appelée « pierre de sainte Hildegrade ». Cette religieuse bénédictine du XIIe siècle rédigea à son époque un ouvrage très moderne sur les vertus thérapeutiques des pierres.

Calcédoine

Un peu d’histoire

Le terme calcédoine désigne une famille minérale dont l’appellation viendrait de l’antique cité grecque Chalcédoine, aujourd’hui un quartier d’Istanbul en Turquie. La calcédoine bleue en est une pièce maîtresse. Exploitée sans interruption depuis l’époque romaine, elle attire le regard par sa merveilleuse translucidité.

Mythe et légende

Associée à la créativité, la calcédoine bleue fut très recherchée en Egypte durant l’Antiquité. Les Egyptiens excellaient d’ailleurs dans l’art de sa taille et de nombreuses pièces représentant des scarabées ont été découvertes. Sa popularité ne s’est pourtant pas arrêtée à cette époque puisqu’il est question plusieurs fois de la calcédoine dans la Bible, le pouvoir divin de ces pierres remontant à leur création par Dieu sur le mont Sinaï.

Labradorite

Un peu d’histoire

Découverte en 1770 par des missionnaires moraves, le nom de la labradorite s’inspire directement de celui de la région où elle fut trouvée, le Labrador, au Canada.
Sa couleur, inédite, mêle des éclats irisés métalliques où dominent le bleu, le vert et l’or. Selon la variété, elle peut être somptueusement habitée par toutes les couleurs du spectre.

Mythe et légende

Plusieurs légendes inuites parlent de la labradorite. Issue du feu des aurores boréales puis congelée par le froid, elle serait tombée au sol en mille éclats. Une autre légende stipule qu’en frappant une labradorite, un guerrier inuit aurait créé les aurores boréales. On considérait alors que la labradorite renfermait l’esprit des ancêtres.

Hyperstène

Un peu d’histoire

Son nom vient du grec ancien et signifie « très puissant », en raison de sa dureté. On sait qu’elle fut nommée dans un premier temps « labradorite hornblende » puisque les premiers échantillons étudiés au XVIIIe siècle ne provenaient que du Labrador, au Canada, et que l’on retrouve souvent l’hyperstène dans les mêmes gisements que la labradorite.
Au premier regard, elle paraît uniquement noire ou brune et relativement opaque mais en regardant de plus près, elle dévoile des reflets argent, bordeaux et parfois violacés.

Mythe et légende

L’hyperstène est considérée comme un pont entre le ciel et la terre et permettrait au corps et à l’esprit de trouver le juste équilibre.

Galaxite

Un peu d’histoire

La galaxite tient son nom de la localité où elle a été découverte en 1932 (Galax en Caroline du Nord, Etats-Unis). Cette micro-cristallisation de la labradorite ne présente aucun reflet multicolore comme celle-ci mais de multiples paillettes sur fond cosmique. Quiconque la regarde plonge dans la profondeur infinie de l’univers, dans un total inconnu.

Mythe et légende

La galaxite est souvent utilisée pour attirer la bienveillance.

Lapis-lazuli

Un peu d’histoire

Le lapis-Lazuli est utilisé depuis plus de 7000 ans pour la bijouterie et les objets ornementaux. C’est une des pierres précieuses les plus connues et utilisées par l’homme. On ne l’a nommée ainsi que depuis le Moyen âge, son nom lui venant du Perse « lapre » signifiant pierre et « lazur » signifiant bleu.
Sa couleur bleue outremer tachetée d’or et de blanc lui valut d’être autrefois confondu avec le saphir, Pline le décrivant d’ailleurs dans son Histoire Naturelle comme un saphir avec des taches dorées. Il fut utilisé par les Egyptiens, les Grecs, les Sumériens ou encore les Incas.

Mythe et légende

Au Moyen-Age, on buvait de la poudre de lapis-lazuli mélangée à du lait afin d’accroître la robustesse des membres et prévenir l’esprit du doute et de la peur.

Bronzite

Un peu d’histoire

Appelée aussi enstatite, la bronzite a été décrite pour la première fois en 1855 par le géologue Ga Kenngott. Elle fut nommée ainsi pour sa couleur bronze aux légers reflets or caractéristiques.

Mythe et légende

Très appréciée des Grecs et des Romains pour son éclat particulier, la bronzite était utilisée en poudre pour se protéger des maladies mentales et en amulette en tant que protection. C’est une pierre de douceur et de bien-être.

Malachite

Un peu d’histoire

Citée pour la première fois par Pline dans son Histoire Naturelle en 77 après J.-C., il semble que cette pierre soit pourtant connue depuis bien plus longtemps. Son nom vient du grec ancien moloché signifiant mauve, en allusion à sa couleur semblable à celles des feuilles de la mauve. Elle est verte et parfois bleue, veinée comme une feuille de diverses nuances.

Mythe et légende

Les Egyptiens, les Romains et les Grecs étaient très attachés à la malachite puisqu’elle fut utilisée aussi bien en architecture qu’en bijouterie. On pensait alors qu’elle protégeait du mauvais œil et portait chance. Si l’on en croit la description de Pline, le temple d'Artémis à Ephèse, une antique cité grecque d’Asie mineure, était entièrement décoré de malachite.

Turquoise

Un peu d’histoire

Connue et appréciée depuis des milliers d’années, la turquoise était déjà travaillée en 2000 avant Jésus-Christ en Iran. L’ayant reçue de la Turquie, les Européens la nommèrent turquoise signifiant « à la Turque ».
Elle donna son nom à la couleur turquoise, une parfaite nuance de bleu, du fait de sa couleur bleu céleste quelquefois verdâtre, souvent mélangée de veines brunes, grises foncées ou noires.

Mythe et légende

Considérée comme un talisman, une pierre de bonne chance, elle fut très utilisée par les différentes tribus d’indiens d’Amérique pour leurs objets cérémoniaux ainsi que par les Egyptiens de l’Antiquité. Le masque du pharaon Toutankhamon était ainsi entièrement incrusté de turquoises.

Agate mousse

Un peu d’histoire

Découverte durant l’Antiquité, l’agate mousse est une calcédoine incolore dans laquelle se trouvent des inclusions de silicate vert, de chlorite, d’oxyde de magnésium et de fer, ce qui lui donne son aspect de « mousse ». Chauffé, l’oxyde de fer contenu à l’intérieur de la pierre s’oxyde et devient alors rouge.

Mythe et légende

L’agate mousse, par son aspect, est très liée aux croyances agricoles. Au Moyen-Age, paysans et jardiniers accrochaient ces pierres dans leurs jardins ou sur leurs charrues pour favoriser des récoltes abondantes. Aujourd’hui encore, elle reste la pierre porte-bonheur des jardiniers.

Shattuckite

Un peu d’histoire

La shattuckite est une pierre relativement peu utilisée puisqu’elle ne fut découverte qu’en 1915 en Arizona. Elle tient son nom de la mine de cuivre de Shattuck à Bisbee.
C’est un silicate de cuivre de couleur bleu pâle à bleu roi avec une petite nuance de vert. On la trouve souvent associée dans la nature à la malachite, la chrysocholle ou encore à la turquoise.

Charoïte

Un peu d’histoire

Très rare, la charoïte est extraite du massif de l’Aldan, en Sibérie, où les roches se sont formées à des températures situées entre 200 et 250 degrés. Elle y fut découverte en 1947 mais on ne la décrivit et ne l’exploita qu’à partir de 1978.
De couleur lilas, violette et brune, la charoïte tient son nom de la rivière Chara, le mot chary signifiant magie ou charme.

Mythe et légende

La charoïte est une pierre de relaxation, incitant à rester zen

Rubis fuchsite

Un peu d’histoire

Avec sa robe éclatante, le rubis fuchsite allie l'éclat rouge du rubis au vert pailleté de la fuchsite, deux pierres aussi somptueuses l'une que l'autre. Dédiée à un minéralogiste allemand du XIXe siècle, d'où elle tire son nom, la fuchsite est une variété de muscovite verte, découverte en Autriche. Le rubis (du latin classique rubeus, rouge en français) est quant à lui l'une des quatre pierres dites précieuses de couleur rouge, l'un des joyaux les plus prisés de la planète, parfois même plus que le diamant.